Les Saisons – Jacques Perrin

Les Saisons

J’aime beaucoup la démarche de Jacques Perrin. Depuis des années il incarne parfaitement, selon moi, le cinéaste qui se sert de son art pour livrer un combat. Le sien étant de faire prendre conscience au plus grand nombre de la nécessité de protéger et chérir notre environnement.

Les Saisons 04

Reste qu’il s’agisse de Microcosmos, du Peuple Migrateur ou des Océans, je n’avais vu aucun de ses films. Il faut dire que les insectes, les oiseaux ou les animaux marins ne sont pas vraiment les trucs qui m’intéressent le plus chez Mère Nature. Du coup le spectre plus large que balaie Les Saisons me semblait être un point d’entrée dans son univers. Je me suis donc rendu à la séance avec une véritable curiosité.

La première chose qui m’a frappé, mais je le savais déjà de réputation, se sont les images tout simplement sublimes. On sent que l’expérience accumulée lors des précédents films est utilisée à plein et permet des plans rares sur des moments difficiles à capturer. Chaque scène est l’occasion de montrer, si besoin était, à quel point la nature qui nous entoure regorge de beauté. Mais le GROS problème de Les Saisons, c’est que pendant toute la première moitié du film, il se contente de ça. Il a fallu que je lutte un moment pour ne pas m’endormir.

Les Saisons 03

En effet aligner des moments de vie de la faune ne fait pas un film. Je suppose que les heures sur la table de montage ont été très longues pour arriver à tirer quelque chose de tous ces rushes. Mais pendant ces trois premiers quarts d’heure, on sent trop qu’ils n’ont pas su comment trouver une véritable ligne directrice.

Le propos de départ était de montrer l’évolution de la vie animale et de son environnement depuis la Préhistoire jusqu’à nos jours. Pourquoi pas ? Mais le soucis, et de l’aveu même de la voix off, c’est qu’il ne s’est rien passé pendant 80000 ans. Et manifestement le réalisateur s’est dit que ce serait une bonne idée de nous montrer ça. Les scènes de vie animales s’enchaînent donc, sans lien entre elles, parfois en se répétant. Alors certes c’est beau. Mais chiant. Mais beau. Mais chiant. Mais beau…

Les Saisons 02

Au vue du titre on aurait pu au moins espérer une temporalité marquée mais ce n’est même pas le cas. On ne sait jamais vraiment si on regarde une scène de printemps, d’été ou d’automne ajoutant à la confusion et l’endormissement. Seul l’hiver se détache réellement (merci la neige).

Franchement, arrivé à la moitié du film, je me disais qu’il n’y avait rien à tirer de Les Saisons. Et puis tout d’un coup, l’équipe s’est souvenu que c’était quand même mieux de raconter une histoire. Dès que l’homme vient se mêler à tout ça il se passe enfin des choses. On voit au fil du temps et des saisons qui passent l’influence de plus en plus néfaste de notre espèce sur le reste de la planète. Le film ne contente plus d’être un joli collage d’images, mais devient un véritable moyen métrage, intéressant dans son  approche et dans ce qu’il raconte.

Les Saisons 01

Autre bon point, et je ne serais jamais assez reconnaissant envers Jacques Perrin pour cela, Les Saisons ne bascule jamais dans l’anthropomorphisme béat que les américains utilisent quasi systématiquement dans leurs documentaires (ceux qui ont vu les Disney Nature comprendront). Non, ici on nous montre la nature dans son plus simple appareil et ce dépouillement est salutaire.

Au final, le choix d’aller voir (ou non) Les Saisons dépend entièrement de votre capacité à encaisser cette première partie soporifique. J’aurais tendance à vous dire que ça vaut le coup, mais si vous n’allez pas souvent au cinéma, il vaut peut-être mieux choisir autre chose.

Cet article a été publié dans Chronique Cinéma. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Les Saisons – Jacques Perrin

  1. Clélia dit :

    Étant une grande amatrice de reportages animaliers, je verrai ce film, malgré cette critique sur les premières 45 minutes. Dans le genre soporifique et documentaire, as tu vu Il était une Forêt ? Là, c’est la sieste assurée.

  2. Clélia dit :

    EDIT : mince, la bande-annonce m’a fait frissonner !

  3. Arkane Derian dit :

    Non, je n’ai pas vu Il Était une Forêt. Il est assez rare que je regarde des documentaires animaliers de manière générale. Du coup, vu ma dernière expérience, je ne suis certain de retenter l’expérience de sitôt.

    Après je suppose que c’est aussi une question de sensibilité et je serais curieux d’avoir l’avis sur Les Saisons de quelqu’un qui a déjà vu un ou plusieurs des autres films de Perrin.

  4. Samuel dit :

    Je garde un souvenir ému du Peuple migrateur… J’étais petit à l’époque, mais qu’est-ce que ça m’a fait rêver 🙂
    Et comme Clélia, la bande-annonce des Saisons m’a fait frissonner (le mot est très bien trouvé).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s