Prémonitions – Afonso Poyart

Prémonitions

J’ai beaucoup de mal avec les gens qui en font trop. Je suis plutôt quelqu’un d’économe en parole et en geste et j’aime ce qui est efficace. Ceux qui pensent qu’en rajouter une, deux ou trois couches de plus, c’est forcément mieux, font fausse route à mon sens. Malheureusement pour Prémonitions, c’est le chemin qu’il a choisi.

Quand le film débutent, les agents du FBI Merriweather et Cowles sont dans une impasse. Ils viennent de découvrir la troisième victime d’un serial killer qui ne laisse absolument aucune trace. ils décident donc de faire appel à John Clancy, un ami de Merriweather, qui possède un don de vision. Quand il touche des gens ou des objets, il est capable de voir le passé ou l’avenir qui y est lié. Ensemble, ils vont finir par comprendre que le tueur qu’ils recherchent possède la même capacité.

Attaquons tout de suite par la question que tout le monde se pose : Prémonitions est-il un mauvais film ? Non, je n’irais pas jusque là. Si vous n’êtes pas particulièrement exigeant, vous passerez sans doute un bon moment, mais pas plus que devant un épisode de série policière lambda. Et vous l’oublierez rapidement une fois sortie de la salle. Mais c’est extrêmement rageant parce qu’on aurait pu avoir droit à un très bon, voire un excellent film si seulement il n’en faisait pas des caisses à longueur de temps.

Je ne suis pas quelqu’un qui cherche la petite bête quand je regarde un film. J’aime me laisser porter, suivre l’histoire, me faire avoir par les fausses pistes… Mais ça m’a tout simplement été impossible avec Prémonitions. Que ce soit pendant les scènes d’émotions ou les scènes d’actions, la musique, la réalisation, le montage… Tout est fait pour surligner, entouré, encadré ce que vous êtes en train de voir. J’ai compté au moins trois scènes complètement ruinées par le simple fait d’avoir ajouté une chanson en fond sonore.  La seule scène violente du film est complétement hors de propos parce que justement elle est l’est beaucoup trop pour être crédible. Je pourrais multiplier les exemples mais je pense que vous avez compris ce que je voulais dire.

Mais le pire dans tout ça, c’est que ce genre de façon de faire s’accommode très mal avec les sujets sensibles. Sans spoiler, une bonne partie du film est centrée sur le sujet de l’euthanasie. Soit un débat sérieux, délicat et surtout très complexe qui mérite donc autre chose que quelques réflexions bas de plafond et du manichéisme. Même si on peut au moins lui donner crédit de ne jamais prendre parti.

Si le rôle d’Anthony Hopkins sauve un peu les meubles, les deux agents du FBI sont trop unidimensionnels pour être intéressants. Les acteurs font ce qu’ils peuvent pour en sortir quelque chose, mais si on ne leur fournit pas de matière, c’est difficile de réaliser des prouesses.

Et il est également vraiment dommage que l’affrontement entre les deux « devins » tourne aussi court. Il y avait là matière à faire quelque chose d’assez intéressant et original, au lieu de ça, on a droit au minimum syndical.

En fait ce que m’a le plus gêné c’est que tous ces défauts me rappelaient constamment que j’étais devant un film. On voit toutes les ficelles scénaristiques et que chaque élément du scénario à un but précis. A aucun moment je n’ai crû à ce que je regardais, alors que c’est quand même le but d’une œuvre de fiction.

En me relisant je me rends compte que je suis très dur avec Prémonitions. Comme je l’ai dis plus haut, il est tout à fait regardable. Mais la déception est vraiment trop forte pour que je vous le conseille. Gardez votre argent pour les semaines qui viennent, y a du très lourd qui s’annonce (Sicario, Crimson Peak, Seul sur Mars, Régression…)

Cet article a été publié dans Chronique Cinéma. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s