Les Uns Contre les Autres – Fabienne Thibeault

On dort, les uns contre les autres
On vit, les uns avec les autres
On se caresse, on se cajole
On se comprend, on se console
Mais au bout du compte
On se rend compte
Qu’on est toujours tout seul au monde

On danse, les uns avec les autres
On court, les uns après les autres
On se déteste, on se déchire
On se détruit, on se désire
Mais au bout du compte
On se rend compte

Qu’on est toujours tout seul au monde

On dort, les uns contre les autres
On vit, les uns avec les autres
On se caresse, on se cajole
On se comprend, on se console
Mais au bout du compte
On se rend compte
Qu’on est toujours tout seul au monde

Mais au bout du compte
On se rend compte
Qu’on est toujours tout seul au monde
Toujours tout seul au monde

Les Uns Contre les Autres chanté par Fabienne Thibeault dans Starmania,  l’opéra rock de Luc Plamondon.

Cet article, publié dans Son du jour, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Les Uns Contre les Autres – Fabienne Thibeault

  1. Marjorie dit :

    Je l’ai réécouté avec plaisir et comme d’hab j’ai chanté à tue tête ! Merci ! (bon maintenant je vais l’avoir dans la tête toute la journée et là je sais pas si je dois te remercier ou non….)

  2. Clélia dit :

    Cette chanson m’a toujours fasciné. Elle est le genre de chanson que j’écoute, que je chante (mais pas à tue t^te, plutôt avec la gorge serrée), que je réécoute mais dont je ne parle pas. Elle m’a fait froid dans le dos de temps en temps aussi. C’est comme si elle mettait instantanément des mots sur un ressenti difficilement identifiable. Merci donc, de la partager, je me sens moins seule et me rend compte qu’elle ne touche pas que moi.

  3. Arkane Derian dit :

    Oui même si cette chanson est magnifique je comprends tout à fait ce que tu décris à son sujet. Le Monde est Stone, également dans Starmania, donne le même genre de sentiments.

  4. Clélia dit :

    « J’ai la tête qui éclate
    J’ voudrais seulement dormir
    M’étendre sur l’asphalte
    Et me laisser mourir »

    Cette phrase raisonne de temps en temps dans ma tête, dans mon cœur, comme une explication d’un acte inexplicable. (comprendra celui qui peut)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s