Englishman in New-York

Contrairement à ce que pourrait laisser penser le titre, je ne vais pas parler de Sting, ni même de The Police dans ce post.

Non, j’avais envie d’évoquer un type d’émission de télé typiquement américain, les late-night talk show. Pour ceux qui ne savent pas de quoi il s’agit, on pourrait décrire ça comme un talk show comme on les connait en France (un présentateur reçoit un ou des invités) mais au cours duquel le présentateur va passer un certain temps à commenter l’actualité sur un ton humoristique.

Une des grosses différence avec ce que l’on voit chez nous, c’est que le présentateur est d’abord, et avant tout, un comédien. Qu’il s’agisse de Conan O’Brien, Jimmy Fallon, John Stewart (pour les actuels), Jay Leno ou David Letterman (pour les retraités), quasiment tous sont passés par la case comédie avant d’arriver à la télévision, que ce soit par l’increvable Saturday Night Live ou par le stand-up. Et si beaucoup sont également auteurs, tous chapeautent une armée de petites mains qui les aident à écrire leurs vannes (quotidiennes ou hebdomadaires suivant les émissions).

Chaque émission a évidemment sa spécificité, mais les commentaires sur l’actualité restent le moment que tous les téléspectateurs attendent parce qu’ils sont souvent très drôles avec des blagues écrites au cordeau, réglées au millimètre et impeccablement interprétées. Toutes les grandes chaînes nationales ont leur late-night show et le concept est une véritable institution aux USA.

Il y a deux ans, HBO, la prestigieuse chaîne à péage connue surtout pour ses séries et ses retransmission sportives a décidé de se doter d’une émission de ce type. Pour cela, elle est allée débaucher John Oliver chez la concurrence. L’humoriste anglais a travaillé pendant plusieurs années en tant qu’auteur pour le Daily Show de John Stewart, allant jusqu’à le remplacer pendant plusieurs semaines lorsque ce dernier est allé réaliser son film. Trois mois après ce remplacement, HBO proposait à Oliver de présenter Last Week Tonight.

Sur le principe, rien ne change. Oliver commente l’actualité et reçoit des invités. Ce qui fait la différence, c’est que le show est diffusé sur HBO. La chaîne fonctionne sans publicité et n’est donc pas soumise à la pression des annonceurs. Le présentateur a donc une absolue liberté dans les sujets qu’il aborde, la façon dont il le fait et sur les gens qu’il reçoit sur son plateau. De plus, puisqu’il n’y a pas de publicité pour le couper, il peut se permettre de traiter en profondeur un seul et même sujet pendant 10, 15 voir 20 minutes (sur un total de 30). Ce qu’il fait chaque semaine dans ce qu’on appelle le big segment.

Ce sujet est souvent écrit comme un véritable reportage et il y a toute une équipe de journalistes qui y travaille parfois pendant plusieurs mois. A travers ces enquêtes, Oliver charge sabre au clair vers tous les gros et petits travers de l’Amérique ou du reste du monde, n’hésitant jamais dans le processus à dénoncer les grosses entreprises, les grandes administrations ou les gouvernements dans tout ce qu’ils ont de plus détestable.  Quelques exemples ?

Les conditions de travail désastreuses des usines qui fabriquent les vêtements de  marques à bas prix :

L’absurdité des règles qui entourent l’éducation sexuelle dans les écoles américaines :

Ou bien encore les sommes faramineuses que les villes américaines dépensent pour payer des stades à des équipes dont les propriétaires sont multi milliardaires :

L’humour est féroce et tape là où ça fait mal. Le fait qu’Oliver soit anglais pourrait sembler être un désavantage au premier abord. Les américains n’aiment pas trop qu’un étranger viennent leur faire la morale. Mais comme il passe pas mal de temps à se moquer de lui-même ou de ses origines, c’est beaucoup mieux perçu. De plus ça lui donne un certain recul, nécessaire pour traiter des sujets parfois très graves.

Personnellement j’attends avec impatience le lundi pour regarder le big segment hebdomadaire, seule partie de l’émission disponible sur Youtube (HBO n’est pas accessible en Europe). Alors évidemment c’est en anglais et il faut une solide connaissance de la culture américaine pour comprendre la totalité des vannes, mais si vous le pouvez, je vous conseille vivement le visionnage de ces moments d’humour intelligent.

Cet article, publié dans Humeur, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s